Francois ou le bal des petits lits blancs

solo - danse & vidéo - 2012

NOTE D’INTENTION SYNTHETIQUE

de la chorégraphe et du réalisateur 

" Il y a 10 ans mon père mourait d’un cancer. L’expérience ne fut pas paisible.  Tout  est encore là  pourtant,  vif,  profond  et  comme  intarissable:  la  présence  et/ou  l’absence d’un  père qui  est  racine  et  mystère  de  ce  que  nous  sommes  devenus,  mon  frère et moi. 
Travailler avec mon frère Pierre, cinéaste, est un désir ancien.  
Pour l’instant notre idée est de mettre en parallèle, peut-être en juxtaposition, nos deux modes d’expression: le corps et l’image.  
Nos deux univers se complètent. Je compose en temps réel devant le spectateur, rendant ainsi chaque représentation différente. Les images de mon frère, à l’opposé, proposeront chaque fois des repères identiques dans le temps. Ce sera comme feuilleter un album de famille et se rendre compte que ces images vous façonnent. 
Sur scène, je danse, parle et chante aussi. Le chant était le loisir favori de mon père. Sur son lit de mort, je lui faisais répéter ses partitions chorales. Le chant a été notre dernier dialogue.  Dans  ses  derniers  moments,  je  dois  dire  que  je  n’ai  jamais  autant touché physiquement  mon  père.  Parler  de  sa  mort  est  moins  parler  de  lui  ou  d’une expérience  que d’une transformation, de ce que cette expérience a fait et  fait encore de moi. C’est aussi parler de l’enfance."  Claire Filmon 

"Lorsque Claire, ma sœur, m’a proposé une place sur scène dans son travail autour de la figure du père - le nôtre, sous la forme d’un film, j’ai tout de suite dit oui. J’ai fouillé tout mon appartement à la recherche d’un texte - dans ce foutoir d’ébauches de projets laissés de côté, ce texte que j’avais écrit en quelques jours, six mois après la mort de notre père. Je l’ai trouvé, relu.  
Aujourd’hui,  dix  ans  après,  je  crois  savoir  pourquoi  je  n’ai  jamais  mis  en  image  (et en  son) ce texte. Il remuait des choses intimes, il le faisait frontalement. Je ne voulais pas en faire un film familial, ni un film court projeté dans des festivals de films courts. Il me manquait le cadre idéal pour le partager. Claire me l’offre pour donner à voir, à ressentir ce souvenir fort de notre histoire familiale, écho de tant d’autres histoires familiales. 
Le  film  sera  une  succession  d’images  fixes  de  lieux  signifiants  sans  présence humaine,  accompagnée d’une narration neutre et chronologique parcourant ma vision des derniers jours de la vie de notre père. La voix, ce sera la mienne. La musique qui viendra aérer le propos  sera  de  la  musique  de  quatuor  à  cordes.  Le  film  s’apparentera  à  un essai  cinématographique d’une  dizaine  de  minutes,  à  la  manière  d’un  cinéaste  belge dont  j’admire le travail, Olivier Smolders. Je suis scénariste et réalisateur." Pierre Filmon | www.pierrefilmon.com -  www.6nema.com

performance : Claire Filmon

vidéo : Pierre Filmon

lumières : C. Reverseau

diffusion

12 mars 2012, à la Maison des Etudiants, à Poitiers